Sommaire:

👋 Envie de travailler avec nous ? Cryptonovices recrute pour une poignée de postes !

La Commission des valeurs mobilières de l’Ontario (CVMO) a mené avec succès deux mesures d’exécution contre Bybit et Kucoin.

Le régulateur du marché a déclaré dans un communiqué du 22 juin que Bybit et KuCoin exploitaient tous deux des plates-formes de négociation de crypto non enregistrées et permettaient aux résidents de l’Ontario d’échanger des titres.

De lourdes pénalités pour Bybit et KuCoin

Un panel du Tribunal des marchés de capitaux a ordonné des sanctions pécuniaires et une interdiction de participation au marché contre Mek Global et PhoenixFin, deux sociétés qui possèdent et exploitent KuCoin.

La CVMO a d’abord averti les bourses de l’offre de titres non enregistrés le 29 mars, fixant la date limite du 19 avril pour que les deux plateformes entame des discussions sur l’enregistrement. Malgré l’avertissement, ni Bybit ni KuCoin n’ont contacté la CVMO et ont continué à opérer en Ontario, a déclaré l’organisme de réglementation dans l’annonce.

Lire aussi :  Bitcoin vs Ethereum, une comparaison du krach

À la suite de la mesure d’exécution, KuCoin a été définitivement banni de l’Ontario et est condamné à payer une amende de 2 millions de dollars canadiens, ainsi qu’à couvrir les frais de l’enquête de la CVMO de 96 550 $ canadiens.

Contrairement à KuCoin, qui a refusé de répondre à l’action coercitive de l’OSC, Bybit a établi un dialogue ouvert avec le régulateur pendant l’enquête et a fourni les informations demandées. L’échange a réussi à parvenir à un règlement avec la CVMO, dégorgeant environ 2,5 millions de dollars canadiens et payant 10 000 dollars canadiens supplémentaires pour le coût de l’affaire.

Dans le cadre de l’entente de règlement, Bybit n’acceptera pas de nouveaux comptes pour les résidents de l’Ontario ni n’offrira de nouveaux produits aux comptes existants en Ontario. La bourse s’est engagée légalement à mettre ses activités en Ontario en conformité avec les lois locales sur les valeurs mobilières.

Lire aussi :  La Solarisbank allemande lance un courtage en crypto-monnaies sous licence

Jeff Kehoe, directeur de l’application de la loi à la CVMO, a déclaré que toutes les plateformes étrangères de crypto-trading qui souhaitent opérer en Ontario doivent respecter les réglementations locales.

Kehoe a dit :

« Les résultats annoncés aujourd’hui devraient servir d’indication claire que nous refusons de tolérer le non-respect de la loi ontarienne sur les valeurs mobilières.

Article précédentL’analyse des fonds Bitcoin précédents suggère plus de douleur à venir
Article suivantLe PDG de Binance estime que l’effet domino des crypto-monnaies est terminé, mais que le marché mettra du temps à se rétablir
Investisseur actif et rédactrice pour plusieurs publications spécialisées sur les crypto-monnaies, Marie vous fait partager son expérience grâce à des articles et des guides facilement accessibles aux débutants.